Ma question au Gouvernement sur les difficultés d’accès au logement pour les jeunes en contrat à durée indéterminée ou en recherche de travail

Difficultés d’accès au logement pour les jeunes en contrat à durée indéterminée ou en recherche de travail

 

Ma question sur le site du Sénat

 

Question écrite n° 24189 de M. Henri Cabanel (Hérault – Socialiste et républicain)

publiée dans le JO Sénat du 08/12/2016 – page 5273

M. Henri Cabanel appelle l’attention de Mme la ministre du logement et de l’habitat durable sur les difficultés d’accès au logement, toujours très nombreuses, rencontrées par les jeunes.
Ces derniers, souvent en contrat à durée indéterminée ou en recherche de travail après leurs études, sont considérés comme des sujets à risques par les propriétaires et les agences immobilières, qui refusent de leur louer des biens même lorsqu’ils ont des garants.
Les propriétaires préfèrent donner leur logement à des étudiants. Les jeunes qui entrent sur le marché du travail sont ainsi gravement pénalisés.
Sept jeunes sur dix âgés de 18 à 30 ans sont confrontés à des difficultés d’accès au logement. Parmi les presque trois quarts de jeunes concernés par ces difficultés d’accès au logement, 29 % n’ont d’autre solution que de rester chez leurs parents, 26 % ne peuvent louer faute de moyens, et plus d’un jeune sur dix s’est retrouvé sans logement ou en situation précaire, selon un sondage réalisé par l’Association de la fondation étudiante pour la ville. De même, 21% déclarent n’avoir pas eu accès à un logement, car sans emploi ou avec un emploi précaire.
La question de l’accès au logement est une urgence pour les jeunes de manière générale, qui rencontrent déjà de nombreuses difficultés à trouver un emploi. Les 15 à 24 ans sont les plus touchés par le chômage (23,4 % en 2014). Cela est d’autant plus pénalisant pour ceux dont les parents ne peuvent se porter caution pour leur logement.
Il faut sensibiliser l’opinion à cette question d’ordre vital pour les jeunes et inciter les agences et propriétaires à louer à des jeunes, a fortiori lorsque ceux-ci ont des garants familiaux ou tiers. Il en va de la dignité des jeunes et de la capacité de notre société à créer un avenir à sa jeunesse.
Il lui demande ainsi d’accentuer la lutte contre cette discrimination préjudiciable à la jeunesse de notre pays.

Transmise au Ministère de la cohésion des territoires

En attente de réponse du Ministère de la cohésion des territoires