Ruralité : une charte mode d’emploi

2018-03-19_154403

J’ai initié un travail avec des maires, des habitants, la filière agricole -Jérôme Despey, président de la Chambre d’Agriculture et Samuel Masse président des JA- mais également le Président de la Chambre régionale des aménageurs lotisseurs

Pour ce projet, je suis parti d’un double constat :

 -la montée des votes FN en milieu rural : sentiment d’isolement et d’abandon

Une analyse de l’IFOP en mars 2016 (L’influence de l’isolement et de l’absence de services et commerces de proximité sur le vote FN en milieu rural) montre clairement que

-le vote FN est corrélé avec les prix de l’immobilier. Ces prix sont souvent eux-mêmes corrélés à l’accessibilité de la zone et on observe donc un vote FN plus important à distance des axes routiers principaux.

-Sont présentés les scores du FN en fonction du nombre de ces services dans les communes de moins de 500 et de 500 à 1000 habitants.

L’exemple le plus signifiant :

la Poste. Sa présence ou son absence fait bouger assez significativement le score moyen du FN

 Christophe Guilly, géographe,  a bien expliqué ce phénomène :

L’opposition entre une France des métropoles – où se créent les richesses et où «se concentre une nouvelle bourgeoisie qui capte l’essentiel des bienfaits du modèle mondialisé» – et une France périphérique des catégories populaires – celle des villes petites et moyennes et des territoires ruraux

 -je suis régulièrement interpellé par des maires sur des problèmes de plus en plus nombreux avec les néo habitants :

Pesticides, bruit des tracteurs, bruit du clôcher, jeunes avec des mobylette sur la place du village, bruit d’une aire de skateboard, exigences des mêmes services et loisirs qu’en milieu urbain

Concrètement la ruralité devient de plus en plus clivée : car 2 mondes qui ne se côtoient pas : chacun a ses associations, ses convictions…

Solidarité et convivialité s’étiolent

 Donc il y a une nécessité absolue d’explication franche sur ce que sont aujourd’hui la majorité des communes rurales et nécessité de créer du lien

 Objectif : éviter les déconvenues face à des fantasmes de vie à la campagne

 Nous avons donc travaillé 2 axes :

 1/Elus-citoyens : charte de transparence

Mettre en lien chambre d’agriculture/JA avec élus quand pbes : réunions avec habitants

 2/Lotisseurs-aménageurs-maires-acheteurs

S’engage à décrire la réalité de leur nouvelle vie :

Services

Haut débit

Activité agricole et impact

Environnement proche…

Merci au groupe de réflexion :

Rosalie, Montbazin, Frédéric, Guy : habitants-es-

Jérôme DESPEY : Président de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault

Samuel MASSE : Président des Jeunes Agriculteurs de l’Hérault

Louis-Pierre ANGELOTTI, Président du groupe Angelotti

Jean-Pierre RAMBIER, Président du Groupe Rambier, Maire de St Jean de Cuculles

Hervé VANALDEWERELD, Président de la Chambre régionale Union nationale des aménageurs

Marie-Aline EDO : Maire de La Tour Sur Orb

Lionel GAYSSOT : Maire de Saint Génies de Fontedit

Jacques GRAVEGEAL : Maire de Campagne

Françoise MATHERON, Maire de Saint Bauzille de Montmel

Stéphane SIMON : Maire de Puéchabon

Laure TONDON Présidente de l’association des Maires ruraux, Maire de Montbazin

Télécharger la Charte Ruralité mode d’emploi:

Charte Ruralité mode d’emploi